Grève du 12 février et manifestation à NICE : la position de SUD Education 06

Communiqué de SUD Education 06
dimanche 10 février 2013
par  SUD Education NICE
popularité : 1%

SUD EDUCATION 06 n'appelle pas à la grève du 12 février :

Cependant, SUD EDUCATION 06 dénonce les conséquences suivantes de la réforme :

Rupture dans l’égalité d’accès à l’éducation entre territoires avec le remplacement de 45 minutes par jour de classe par des ateliers pédagogiques complémentaires organisés suivant les moyens locaux.

Remise en cause de la gratuité de la formation. En effet, les ateliers pourront être facturés aux familles ! « Le caractère gratuit ou payant des activités périscolaires dépendra des collectivités locales » et « elles ne seront pas obligatoires » a annoncé vendredi 25/01 à l’AFP le socialiste André Laignel, vice-président délégué de l’Association des Maires de France (AMF).

Détérioration des conditions d’encadrement (Pour éviter aux mairies de « trop »embaucher, la ministre des sports a décidé d’augmenter le taux d’encadrement par les animateurs pour les activités périscolaires : le seuil actuel, qui est d’un adulte pour 10 enfants de moins de 6 ans et un pour 14 au-delà de 6 ans, passera à 1 pour 14 et 1 pour 18. Quelle qualité des activités avec autant d’enfants ? Cela empêchera aussi d’emmener les enfants en sortie scolaire... )

En conclusion les journées à l’école seront toujours aussi longues, avec une demi-journée en plus même si une partie se fera dans le cadre d’activités périscolaires, assurées dans des conditions variables suivant les lieux et suivant les bourses.

Et si le principe qui consisterait à avoir plus d’enseignants que de classes dans le primaire semble intéressant, les chiffres des véritables créations de postes (6770) restent très en-dessous des besoins après les 80 000 postes supprimés depuis 5 ans et avec l’augmentation actuelle du nombre d’élèves. Le nombre d’élèves par classe va nécessairement continuer à augmenter, les groupes restreints et l’aide spécialisée aux enfants en difficultés sont menacés de disparaître. 

Par contre :

Il aurait été nécessaire de revoir le rythme de travail au cours de l’année scolaire mais le gouvernement a préféré céder aux exigences patronales, liées à « l’or blanc », sur le tempo entre périodes travaillées et vacances scolaires qui ont empêché toute modification des rythmes annuels.

Il aurait fallu repenser les programmes et le rythme des apprentissages de la maternelle à l’université.

Il faut laisser aux professeurs des écoles le soin de gérer les temps d’enseignements traditionnels en classe et d’activités en particulier sur 4,5 jours.

Avec cette réforme, avec le pilotage des cartes de formation professionnelle, avec la prise en charge des services d’orientation par les régions et le transfert aux collectivités locales de missions dans le premier degré, un cap supplémentaire est franchi dans la rupture d’égalité d’accès à l’éducation suivant les territoires et suivant les revenus, égalité dont devrait être garant le service public.

Face à cette atteinte grave portée à la continuité du service public, à sa gratuité, Sud Education 06 souhaite que l’opposition à ce projet ne se réduise pas à un cadre qui pourrait sembler corporatiste. C’est pourquoi, pour éviter cette confusion, Sud Education n’appelle pas à la grève le 12 février mais souhaite que les enjeux réels pour l’ensemble du service public d’éducation soient posés, connus et débattus dans le cadre le plus large possible de la maternelle à l’université.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 15 janvier 2019

Publication

716 Articles
Aucun album photo
9 Brèves
15 Sites Web
5 Auteurs

Visites

8 aujourd’hui
245 hier
812374 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés