samedi 23 janvier 2021
par  SUDEDUCNICE

En grève et dans la rue le mardi 26 janvier !

Communiqué de l’intersyndicale des Alpes-Maritimes


Mobilisons-nous pour nos salaires, pour nos conditions de travail, pour les postes.

Exigeons la revalorisation et Un autre budget pour l’éducation !

Dialogue de pacotille, crise de confiance, crise de régime, autoritarisme à tous les étages, réformes qui déconstruisent les systèmes éducatif et d’orientation, gestion de crise sanitaire calamiteuse, revalorisations bidons et sélectives, catégories de personnels oubliées, budget de l’éducation insuffisant, détricotage de l’enseignement prioritaire, recours massif aux emplois précaires, …

La liste est longue et risque fort de s’allonger avec le temps.

Il est temps d’agir pour que cette destruction de l’école cesse.

 Un budget 2021 indigent !

Tout nous conduit à l’exigence de plus d’éducation pour tous les jeunes dans un contexte où les inégalités continuent à se creuser et où les réformes menées par le ministre les aggravent. Or, le Parlement a adopté un budget qui est loin de traduire l’ambition éducative dont notre pays a besoin. En effet, il ne prend pas la mesure de l’augmentation des effectifs, de la situation sanitaire qui imposedes mesures particulières pour faire baisser les effectifs d’élèves par classe à court et moyen terme ni de l’état de fatigue des personnels, épuisés par des années de dégradation des conditions de travail et une crise sanitaire sans fin gérée au doigt mouillé.
Il faut en urgence engager les recrutements nécessaires, notamment en recourant aux listes complémentaires.

 Une revalorisation en trompe-l'œil

Dans le budget 2021, la nécessaire revalorisation des personnels ne trouve qu’une traduction minimale avec 400 millions d’euros prévus. C’est très peu, et de fait l’essentiel des mesures proposées pour 2021 ne concerneront qu’une minorité de personnels. Les AED et les AESH en particulier ne se voient rien proposer. Le Ministère pousse même le cynisme jusqu’à exclure CPE et professeur.e.s documentalistes de la dérisoire prime d’équipement informatique de 150 euros !

Le Grenelle du ministre est inacceptable, d’autant plus qu’il vise à modifier en profondeur le fonctionnement de l’école, les missions et les statuts des enseignant-e-s.

Les organisations exigent un budget qui renonce aux suppressions d’emplois et engage un rattrapage des pertes salariales subies, grâce à un plan pluriannuel de revalorisation et de création de postes pour répondre à tous les besoins, en commençant par les plus urgents.

Elles demandent la mise en œuvre d’une autre politique éducative que celle menée jusqu’à présent par le Ministre de l’Education Nationale. Blanquer doit partir !
Les organisations appellent les personnels à poursuivre les mobilisations en cours, à s’engager dans l’action et à préparer une grève le mardi 26 janvier pour exiger des créations de postes, une autre politique éducative, le dégel de la valeur du point d’indice couplé à des mesures significatives de revalorisation des salaires et des carrières dans l’éducation.

MARDI 26 JANVIER

MANIFESTATION 10H30 PLACE GARIBALDI À NICE

JPEG - 122.1 ko
Banderole intersyndicale

Articles les plus récents

jeudi 14 janvier 2021
par  SUDEDUCNICE

Battons-nous pour nos salaires  ! En grève le 26 janvier

Le ministre Blanquer a annoncé en grande pompe une augmentation de 400 millions d’euros (soit 29 euros bruts mensuels par agent-e) pour les personnels de l’Éducation nationale inscrite dans le projet de loi de finances 2021. C’est une somme dérisoire rapportée aux plus de un million cent-trente-mille personnels dans l’Éducation nationale. Alors que les salaires stagnent voire baissent depuis de nombreuses années, l’heure est à la mobilisation pour imposer de réelles augmentations de salaires sans une nouvelle dégradation de nos conditions de travail.

Vous trouverez le matériel de SUD éducation : tract, affichette.

lundi 7 décembre 2020
par  SUDEDUCNICE

Chercheurs..pas Traders...mobilisation à NICE

Les organisations signataires appellent toutes et tous les étudiant·es et collègues à se réunir massivement en assemblées générales, à se mettre en grève le JEUDI 10 DECEMBRE et à rejoindre les manifestations et rassemblements partout sur le territoire pour que la « loi de programmation de la recherche » ne soit pas promulguée et pour le retrait de la « loi de sécurité globale », pour la défense de nos droits et des libertés universitaires, pour la réouverture des universités aux étudiant·es avec les moyens humains et matériels nécessaires.

Rassemblement sur Nice à l’appel des enseignents-chercheurs, chercheurs, BIATSS et ITA réunis en
AG le 24 novembre 2020, et les organisations syndicales CGT FercSup 06, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNESUP-FSU, SUD Education 06.

mercredi 11 novembre 2020
par  SUDEDUCNICE

10 novembre : un succès qui en appelle d’autres  !

Les personnels de l’Éducation étaient massivement en grève aujourd’hui : les remontées de terrain de SUD éducation montrent que la grève a été puissante aujourd’hui, malgré l’entrave au droit de grève dans le premier degré que constitue la déclaration d’intention préalable. Dans le second degré, la grève a été majoritaire dans les collèges. Dans le premier degré, la grève du 10 novembre a montré l’exigence des personnels en termes de remplacements, et de réduction des effectifs : de nombreuses écoles étaient fermées sur l’ensemble du territoire malgré le service minimum d’accueil.

mercredi 11 novembre 2020
par  SUDEDUCNICE

PPPE : un nouveau parcours flou, précipité et qui ne règle pas l’essentiel  !

Fiche et analyse – PPPE : un nouveau parcours flou, précipité et qui ne règle pas l’essentiel  !

Le 8 octobre dernier, une réunion d’information concernant le Parcours Préparatoire au Professorat des Écoles (PPPE) s’est tenue. SUD éducation était présent et a pu constater le caractère flou de ce nouveau parcours et la méthode autoritaire du ministère pour faire passer ses réformes le plus rapidement possible. Le PPPE est un projet de licence multidisciplinaire pour les futur-e-s professeur-e-s des écoles, qui s’effectuerait pour partie en lycée (dans une sorte de classe préparatoire) et pour partie à l’université avec trois à quatre semaines de stage en école chaque année.

mardi 10 novembre 2020
par  SUDEDUCNICE

Toutes et tous en grève le 10 novembre : pour des demi-groupes, pour un plan d’urgence  !

Au-delà des dédoublements, pour pouvoir faire face à la crise sanitaire il faut créer des postes et construire des locaux pour baisser les effectifs. Pour cela, il faut immédiatement admettre comme fonctionnaires les candidat-e-s sur les listes complémentaires et les admissibles aux concours internes. Il faut un plan d’urgence pour l’éducation, comme le revendique SUD éducation depuis le printemps !

jeudi 3 septembre 2020
par  SUDEDUCNICE

Violence de l’extrême-droite sur les campus Niçois. L’ombre des années 1990/2000 ?

Ce mardi 1er septembre sur le campus niçois Carlone, des étudiants du syndicat « Solidaires Etudiant.e.s » ont été pris à partie par des membres d’un groupuscule raciste d’extrême-droite niçois étranger à l’Université. L’un des étudiants a dû être hospitalisé. Heureusement son pronostic vital n’est pas engagé.

mardi 1er septembre 2020
par  SUDEDUCNICE

Rentrée scolaire : l’impréparation se poursuit pour une rentrée explosive et anxiogène

Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l’EPS, l’éducation musicale,l’internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s’en servir en amont de la rentrée scolaire.

Depuis plusieurs mois, SUD éducation alerte sur la nécessité de préparer sérieusement la rentrée scolaire, et de donner les moyens aux établissements et aux équipes de préparer le plus sereinement possible une rentrée qui s’annonçait compliquée.
L’organisation de la rentrée relève pourtant de l’improvisation.

jeudi 27 août 2020
par  SUDEDUCNICE

Le guide des AED - 2020-2021

Aujourd’hui, dans l’Éducation nationale, 1 personnel sur 4 est contractuel-le : assistant-e-s d’éducation, accompagnant-es d’élèves en situation de handicap, assistant-es pédagogiques, enseignant-e-s et administratif-ves contractuel-le-s, agent-e-s d’entretien…

Les Assistant-es d’éducation et les Assistant-e-s pédagogiques travaillent sous des contrats de droit public de la Fonction publique d’État. Ces contrats offrent très peu de protections collectives : bas salaires, temps incomplets imposés, pressions sur les renouvellements de contrats… Les contrats qui offrent peu de garanties créent de la précarité. Sur le terrain, cette situation se traduit par le non-respect des missions des AED, une quasi-absence de formation, des abus d’autorité de la part du-de la chef-fe ou des CPE, la non-reconnaissance du rôle pédagogique et éducatif du travail, l’absence de fiches de poste précises (avec pour conséquence la multiplication des tâches demandées, qui peuvent être assez éloignées des missions).

Se défendre pour faire respecter nos droits ! C’est l’objectif de ce guide qui s’adresse plus particulièrement aux personnels effectuant des missions de surveillance et d’éducation, AED et AP. Connaître ses droits et les faire respecter est un premier pas, mais nous devons aller plus loin et exiger de véritables améliorations dans le statut et dans les conditions de travail des personnels de Vie scolaire. Ce guide consacré aux droits des AED et des AP a été écrit à partir de l’expérience de militant-e-s syndicaux-ales AED et AP.
La Fédération SUD éducation, syndicat de lutte, revendique la titularisation de tou-te-s les précaires de l’éducation, sans conditions de concours ni de nationalité, la réduction du temps de travail et l’augmentation des salaires. SUD éducation revendique un vrai statut d’éducateur pour les personnels des équipes de Vie scolaire, sans limite dans le temps. Nous pensons que la précarité au travail doit disparaître au même titre que la précarisation généralisée de la société. C’est pour cela que SUD éducation se bat pour une autre école et une autre société, à l’opposé des politiques libérales et réactionnaires du gouvernement.

mardi 25 août 2020
par  SUDEDUCNICE

LE 7 SEPTEMBRE, TOU.TE.S DEVANT LE TRIBUNAL DE NICE CONTRE l’EXTREME DROITE ET LES VIOLENCES POLICIERES !

Jeudi 9 mai 2019 à Nice, à la fin d’une manifestation syndicale contre la casse des services publics qui s’était déroulée de manière très calme, 4 militant.e.s (Solidaires, FSU) ont été violemment interpellé.e.s et mis.es en garde à vue pendant 24h sans raison.

Alec, Dany (Solidaires étudiant.e.s), Delphine et Olivier (professeur d’histoire géographie au lycée Calmette) sont alors accusé.e.s de violence, outrage et/ou rébellion.

Les témoignages concordants ainsi que les images et vidéos prises ce jour là montrent pourtant à quel point ces accusions sont sans fondemen

mardi 30 juin 2020
par  SUDEDUCNICE

3 JUILLET 12H30 Rassemblement devant le rectorat de NICE

RÉGULARISATION SANS CONDITIONS
RASSEMBLEMENT VENDREDI 3 JUILLET À 12H30 DEVANT LE RECTORAT POUR EXPRIMER NOTRE COLÈRE
1 DES CHEF·FES DE SERVICES QUI VOUS FONT TRAVAILLER PENDANT VOS A.S.A. ?
Certains collègues nous ont fait remonté qu’ils·elles avaient été sollicité·es pendant leurs A.S.A.par leurs (...)

jeudi 18 juin 2020
par  SUDEDUCNICE

Le 24 juin : mobilisations des personnels de l’Éducation pour porter nos revendications

Les organisations syndicales FNEC FP-FO, Sud Education et CGT Educ’Action ont pris connaissance des déclarations du président puis du ministre concernant les dispositions envisagées à partir du 22 juin.

Les personnels, sommés d’appliquer un nouveau protocole, seraient contraints de mettre en place de nouvelles règles, tout aussi inapplicables que les précédentes. Un nouveau casse-tête pour les collègues, une nouvelle pagaille générale annoncée !

jeudi 18 juin 2020
par  SUDEDUCNICE

Racisme d’État : l’école aussi est concernée

SUD éducation se réjouit du succès des manifestations de ces derniers jours qui ont mis sur le devant de la scène les questions du racisme d’État et des violences policières.
En parallèle, un puissant mouvement social contre le racisme d’état et les violences policières s’organise, suite à la mort de Georges Floyd mais aussi en soutien à Adama Traoré et à toutes les victimes de violences policières en France. Les violences policières se sont démultipliées pendant la période de confinement, particulièrement dans les quartiers populaires, et ne se sont pas arrêtées avec le déconfinement.

Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Sites favoris


15 sites référencés au total

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 23 janvier 2021

Publication

770 Articles
Aucun album photo
9 Brèves
15 Sites Web
5 Auteurs

Visites

53 aujourd’hui
101 hier
974824 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés